Passer au contenu principal

Centre de glaces Intact Assurance

Québec de retour en piste

Temps de lecture : minutes

Le Centre de glaces Intact Assurance de Québec, qui ouvrira ses portes en septembre, fera bien des heureux. Robert Dubreuil le premier.

Le directeur de la Fédération de patinage de vitesse du Québec caresse le rêve d’un anneau de glace couvert à Québec depuis 1985.

« Depuis le premier anneau de glace couvert, à Berlin, en fait, précise l’ex-patineur et olympien. À partir de ce moment, c’est rapidement devenu la norme à l’international pour le patinage de vitesse de longue piste. Au lendemain des Jeux de 1988, on était déjà désuets avec notre anneau extérieur. »

Trente-cinq ans plus tard, le rêve de Robert Dubreuil se réalise enfin. « Ça a été long, mais le résultat va être phénoménal. On sera dans le top 3 mondial avec cet anneau de glace », avance-t-il, visiblement heureux que les athlètes canadiens puissent s’y entraîner pour les Jeux de Pékin.

On sera dans le top 3 mondial avec cet anneau de glace !

De Berlin à Québec

Robert Dubreuil a été l’un des premiers à croire que la ville de Québec pouvait accueillir un centre d’une telle envergure.

C’est que l’anneau de glace Gaétan-Boucher, qui avait été inauguré en 1972, ne répondait plus aux standards du sport depuis un bon moment. « La tenue de compétitions internationales était souvent compromise par les conditions climatiques », résume-t-il.

Le directeur se souvient entre autres de patineurs européens qui avaient inséré du papier journal sous leur mince habit de lycra afin de faire barrière au vent glacial.

Robert Dubreuil n’a jamais lâché son bout. Pour faire avancer le dossier, il a cumulé les notes et visité une douzaine d’anneaux de glace en Europe et en Asie, afin de mieux cerner les besoins pour Québec.

Notre objectif n’était pas d’avoir le plus gros, ni d’avoir le plus d’estrades. Québec n’a pas la capacité d’accueillir autant de spectateurs.

L’infrastructure est avant tout pour les patineurs et les gens de Québec.

Québec revient en piste

Il en est convaincu : la concrétisation de ce projet, tant souhaité, permettra à Québec d’accomplir de grandes choses. Les patineurs de tout l’Est du pays pourront bien sûr s’y entraîner, mais la transmission de la passion envers ce sport passe aussi par le biais d’installations dignes de ce nom. « On espère attirer la relève et revenir, dans les prochaines années, avec au moins 50 % de Québécois sur la composition de l’équipe nationale », dit-il.

Le Centre de glaces de Québec donnera ainsi la réplique à Calgary comme nouveau pôle du patinage de vitesse.

Robert Dubreuil croit que la ville de Québec sera à nouveau attrayante. « Depuis plus de 20 ans, la dynamique tourne exclusivement autour de Calgary et de Salt Lake City en Amérique du Nord. Dorénavant, Québec entre en jeu.

Tenir des compétitions internationales ici sera non seulement motivant pour nos athlètes, mais aussi bénéfique pour toute la ville.

Car le projet pourrait aussi inciter plus de gens à chausser les patins. « Le Centre de glaces a d’abord été conçu comme un équipement sportif pour la population. Il sera innovant, lumineux et accueillant. » Tentant, non?

Crédit photo : Daniel Villeneuve

Consultez la page Centre de glaces Intact Assurance pour connaître les détails et vous inscrire aux activités d'ouverture.


Vous aimerez aussi

Infolettre Ma Ville

Envie de recevoir de nos nouvelles chaque mois?