Passer au contenu principal

Bénévolat : le bonheur de donner au suivant

Temps de lecture : minutes

À l’occasion de la Semaine de l’action bénévole, du 18 au 24 avril, rencontre avec une femme dynamique et au cœur immense pour qui le bénévolat a littéralement changé sa vie.

Du haut de ses 81 ans, Lise Boulanger a le bénévolat dans le sang depuis toujours et est loin de vouloir s’arrêter.

Son secret? « J’aime les gens et je veux les servir. Mais je le fais d’abord pour moi. Parce que je reçois énormément en retour en faisant du bénévolat. C’est une grande source de valorisation. »

La femme a toujours voulu aider les autres. Toute jeune, elle prenait soin de sa petite sœur handicapée. Religieuse de 17 à 34 ans, elle a ensuite servi sa communauté sans relâche, allant même jusqu’en Haïti.

Le bénévolat, c’est toute ma vie.

Depuis 30 ans, elle fait du bien dans son quartier comme bénévole. Elle est aussi présidente de l’organisme Les Aînés regroupés de Charlesbourg depuis 2012.

Entourée d’une dizaine de bénévoles aussi motivés qu’elle – son noyau dur, comme elle l’appelle! -, elle organise plusieurs conférences et le toujours très couru Rassemblement estival des aînés de Charlesbourg, qui accueille pas moins de 800 personnes chaque année. Un succès à tout coup!

Réaliser des rêves

Et ce n’est pas tout! Son équipe réalise les rêves d’aînés de Charlesbourg, « leurs petites joies » comme elle le dit. « Les gens de ma génération, on n’est pas habitué à demander. Et puis, ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de se payer des sorties ou qui a l’habileté de les organiser », explique-t-elle.

Les possibilités sont infinies – ou presque! – et tout est pris en charge : 

  • Souper dans un restaurant
  • Mise en beauté
  • Séance photo (pour laisser un beau souvenir)
  • Déjeuner de groupe au Château Frontenac
  • Saut en parachute
  • Achat d’un triporteur…

De petites attentions qui font réellement une différence dans la vie des aînés.

Pas beaucoup de relève

Après toutes ces années, Mme Boulanger a encore la flamme. Elle n’a pas beaucoup de relève, admet-elle, mais elle garde espoir que les jeunes feront du bénévolat « à leur façon ». Et sûrement pas en organisant « des parties de cartes dans le sous-sol de l’église »!

Les temps changent, mais le besoin d’aider les autres reste.

Qu’attendez-vous?

Vous avez le goût de vous lancer dans le bénévolat? C’est facile! Vous n’avez qu’à communiquer avec l’Alliance Action Bénévole.


Vous aimerez aussi

Infolettre Ma Ville

Envie de recevoir de nos nouvelles chaque mois?