Passer au contenu principal

Le radon domiciliaire : ce mystérieux intrus

3 faits sur le radon

Temps de lecture : minutes
Sous-sol de maison.

Connaissez-vous le radon? Subtil et insidieux, le radon est un gaz naturellement présent dans le sol. Sur le territoire de la ville de Québec, on estime qu'environ 17 % des propriétés présenteraient une concentration de radon supérieure à la recommandation canadienne de 200 Becquerel/m3.

L’émergence du télétravail dans le confort des foyers expose plus encore au grand jour ce gaz pouvant se cacher aux confins de nos résidences. Voici 3 faits à connaître sur le radon domiciliaire.


1 On le détecte dans le sous-sol des résidences

Il s’introduit dans les murs de nos fondations, généralement dans les pièces les plus basses de nos domiciles, puisque ce gaz est plus lourd que l’air ambiant. Ainsi, il profite de toutes les formes d’ouvertures, que ce soit des fissures dans la fondation, les ouvertures mal scellées pour l’électricité et la tuyauterie ou les puisards, pour se tailler une place à l’intérieur des pièces.


2 L’exposition à long terme au radon peut causer des problèmes graves de santé

Nombre d’entre vous ont aménagé leur espace de travail au sous-sol. Cependant, pour le télétravailleur, ou le simple résident, il peut être nocif d’être exposé ainsi au radon.

En effet, une exposition à long terme à une concentration importante de ce gaz augmente le risque de développer un cancer des poumons, d’où l’importance de rester vigilant et de connaître la concentration dans votre résidence pour prendre des actions de prévention.

L’exposition au radon est la 2e cause de cancer du poumon au pays après le tabagisme. C’est la première cause chez les non-fumeurs.

3 Il est possible de mesurer la concentration de radon facilement et de limiter le risque d’infiltration

Au moyen d’un détecteur de radon, nommé aussi dosimètre, que vous pouvez vous procurer :

  • sur le site de l’Association pulmonaire du Québec qui offre des dosimètres certifiés et approuvés par Santé Canada;
  • en consultant le site de CAA Québec Habitation qui fournit les informations pour se procurer un dosimètre;
  • en achetant une trousse d’analyse du radon dans l’air dans certaines quincailleries;

Il est recommandé d’effectuer les mesures pendant au moins trois mois, durant la période froide de l’année, soit de novembre à mars.

Lorsque la concentration de 200 Bq/m³ est dépassée, il est conseillé d’entamer les démarches pour réduire l’infiltration du radon. Communiquez avec un entrepreneur certifié qui pourra analyser les lieux et élaborer des recommandations selon le type de bâtiment concerné. Un plan d’atténuation vous sera proposé en fonction de votre situation.

Une fois les ajustements terminés, assurez un suivi préventif au cours des années suivantes. Votre résilience face au radon ne sera que renforcée!

Pour en savoir plus sur le radon, consultez le site du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Source : Santé Canada

Vous aimerez aussi

Infolettre Ma Ville

Envie de recevoir de nos nouvelles chaque mois?