Passer au contenu principal

Québec sous la loupe des archéologues

Temps de lecture : minutes

Saviez-vous que Québec compte plus de 900 sites archéologiques connus sur son territoire? Pas étonnant que ce sujet passionne tant les citoyens.

La Ville de Québec compte d’ailleurs 3 archéologues qui travaillent quotidiennement pour préserver notre histoire collective ainsi que notre héritage, car Québec regorge de trésors cachés.

Mais oubliez le coffre rempli de pièces d’or tel que vu dans les films! Pour un archéologue, les vestiges d’un bâtiment, une chaussure en cuir usée ou un outil de pierre sont tous des objets précieux et d’une valeur historique importante.

De belles trouvailles ont notamment été faites à ces endroits :

Et c’est loin d’être fini! Curieux d'en avoir plus? Consultez le site L’archéologie à Québec.

Tasse d'enfant en terre cuite fine blanche à décalcomanie provenant de place d’Youville, contexte 1830-1875. Collections archéologiques de la Ville de Québec.

Fouilles archéologiques au Monastère des Ursulines de Québec.

Fourchette et manche de couteau en fer et en os, canif en fer, en os et en métal étamé, provenant du Jardin Jean-Paul-L'Allier, 1850-1900. Collections archéologiques de la Ville de Québec.

Fouilles archéologiques au Jardin du Monastère des Ursulines de Québec.

Archéologie 101

Mais connaissez-nous vraiment l’archéologie? Voici un petit guide d’apprentissage concocté par un archéologue.

Quoi?

L’archéologie étudie l’espèce humaine, très ancienne ou plus récente, par le biais d’indices matériels qui témoignent de sa présence. Il peut s’agir de vestiges d’un bâtiment, d’objets domestiques ou d’ossements d’animaux. Les archéologues s’intéressent donc aux traces laissées par les humains; ce qu’ils ont créé, utilisé, modifié, acheté et rejeté.

L’archéologie se divise en plusieurs domaines :

  • Zooarchéologie (restes d’animaux)
  • Archéoentomologie (insectes)
  • Bioarchéologie (ossements humains)
  • Tracéologie (analyse des traces d’usures, par exemple sur les outils en pierre)
  • Culture matérielle (céramiques, bouteilles, objets)
  • Archéobotanique (graines de fruits, légumes, traces de végétaux)

Toutes ces spécialisations ont un point en commun : l’humain. Même les insectes sont révélateurs des pratiques humaines, car ils ont cohabité avec nous. Ainsi, l’archéologie n’étudie ni les fossiles, ni les dinosaures, ce champ d’études étant réservé aux paléontologues.

Comment?

Étudier

En étudiant les cartes anciennes, les récits, les bâtiments en place, la topographie, l’hydrographie et d’autres données, les archéologues déterminent si un emplacement pourrait contenir des vestiges.

Inventorier

Ils font ensuite un inventaire archéologique, c’est-à-dire des sondages dans le sol, à la pelle et à la truelle, afin de déterminer si le site a bel et bien un potentiel archéologique, et si des fouilles plus complètes sont nécessaires.

Fouiller

Les fouilles peuvent avoir une durée variable, selon les objectifs à atteindre, la nature et l’ampleur du site. Les archéologues sont également présents lors de travaux d’excavations, tels que des remplacements de canalisations, dans des secteurs ayant un potentiel archéologique. On parle alors de supervision archéologique.

Découvrir

En cas de découvertes, les travaux peuvent être arrêtés afin de permettre à l’archéologue de faire tous les relevés nécessaires et de recueillir les artéfacts témoignant de l’occupation du site.

Soigner les artéfacts

Les artefacts sont nettoyés, inventoriés, étudiés, emballés et placés dans les réserves archéologiques. Certaines collections archéologiques peuvent faire l’objet d’analyses plus poussées, par des firmes privées ou dans le cadre de recherches universitaires.

Documenter

Peu importe la nature de l’intervention, les actions de l’archéologue sont documentées, et colligées dans des rapports. Une fois un site fouillé, ces données ainsi que les artefacts sont la seule mémoire du patrimoine archéologique excavé. C’est dire l’importance du travail minutieux et scientifique des archéologues !

Fouilles archéologiques à la grange du domaine de Maizerets.

Fouilles archéologiques à l’intérieur de la grange du domaine de Maizerets.

Fouilles archéologiques à l’intérieur de la grange du domaine de Maizerets.

Fouilles archéologiques à l’intérieur de la grange du domaine de Maizerets.

Pourquoi?

L’archéologie nous permet d’en savoir plus sur notre identité individuelle et collective. Mais quelle est la pertinence d’effectuer des interventions archéologiques? Selon la nature du site, les raisons peuvent varier.

Par exemple, l’étude d’un site autochtone menacé par l’érosion s’explique par des raisons qui ne s’appliqueront pas nécessairement à une intervention en milieu urbain d’un site du 19e siècle. Mais, en résumé, l’archéologie est importante pour étudier, documenter, préserver et mettre valeur notre passé collectif.

L’archéologie nous permet d’en savoir plus sur notre identité individuelle et collective.

Elle permet d’en savoir plus sur le quotidien des gens qui ont vécu avant nous et ont façonné notre ville et de donner une voix à ceux qui ont laissé peu de traces, notamment écrites, de leur présence sur le territoire.

Pensons notamment aux femmes et enfants, aux populations autochtones, aux groupes marginaux ou minoritaires et à la population ouvrière.

Quoiqu’axées sur le passé, les recherches archéologiques sont tournées vers l’avenir, car en étudiant les sociétés du passé et leurs évolutions, nous pouvons mieux comprendre le monde d’aujourd’hui et de demain. Qui n’aimerait pas pouvoir prédire l’avenir?


Vous aimerez aussi

Infolettre Ma Ville

Envie de recevoir de nos nouvelles chaque mois?